Les différents métiers en lien avec la santé animale

Le métier de vétérinaire

Le diplôme de vétérinaire s’obtient au bout de 7 ans de formation dont 2 ans de classes préparatoires. Il n’existe, en France, que 4 écoles nationales vétérinaires dont l’ENVA à Maisons-Alfort, l’ENVT à Toulouse, Oniris à Nantes et VetAgro Sup à Lyon habilités pour délivrer le diplôme d’état. Les études pour devenir vétérinaires sont longues et exigeantes. Au bout de 6 ans, le vétérinaire peut choisir une spécialisation dans les animaux de compagnie ou encore dans les animaux de production. Le vétérinaire est un spécialiste de la santé animale. Il dispose de compétences solides en anatomie, biochimie, pathologies, zootechnie. Il réalise les interventions chirurgicales sur tout type d’animal, prescrit des médicaments sur ordonnance, veille à l’anesthésie, … Le métier est en fort développement ces dernières années et est majoritairement exercé sous le statut libéral dans une clinique, cabinet ou centre hospitalier vétérinaire. Le vétérinaire doit être hermétique à la pression, faire preuve de polyvalence et actualiser ses compétences chaque année. Un vétérinaire débutant peut espérer un salaire de 2500€ bruts mensuels. En fin de carrière, un vétérinaire peut voir son salaire supérieur à 10000€ bruts par mois selon les modalités d’exercice de la profession.

Le métier d’assistant et auxiliaire vétérinaire

Le diplôme d’auxiliaire de service vétérinaire s’obtient après deux ans de formation. Des écoles privées telles que SUP-VETO Besançon proposent des formations d’assistant vétérinaire permettant d’obtenir un titre professionnel reconnu au niveau national. Durant ces 24 mois de formation, les futurs aides vétérinaires apprendront à prodiguer des soins aux animaux, à assister le vétérinaire au quotidien, à gérer et organiser le cabinet ou clinique vétérinaire, à respecter l’hygiène et la sécurité. Ce métier suit la tendance du métier de vétérinaire et est en plein boom depuis quelques années. Le recrutement d’auxiliaire vétérinaire dans les cliniques est important témoignant de la qualité des formations suivies et de la valeur du diplôme. Le métier nécessite de faire preuve d’empathie, de savoir gérer son stress, d’être flexible, réactif et multi-tâches. Un auxiliaire vétérinaire est le plus souvent salarié d’une structure vétérinaire sous l’autorité d’un docteur vétérinaire. Il peut espérer toucher entre 1500 et 2000€ bruts mensuels. La profession est plutôt féminine.

Le métier de soigneur animalier

Pour devenir soigneur animalier en France, il n’existe que 4 formations dont le diplôme est reconnu par les pars animaliers. Ces formations sont dispensées selon le mode de la formation continue ou de l’alternance. Le soigneur animalier est au contact permanent des animaux, la plupart du temps il s’occupe d’animaux exotiques. C’est lui qui procède à la nutrition de ces derniers en portant une attention particulière au type d’alimentation, la fréquence des repas, … Le métier nécessite également de bonnes connaissances en hygiène puisque le soigneur animalier réalise le nettoyage des cages et enclos des animaux. Le soigneur animalier travaille également en binôme avec le vétérinaire puisqu’il l’assiste lors de soins tels que la coupe de griffes, la tonte, le calcul des paramètres vitaux, la pose de cathéters, … Il doit être également un très bon observateur pour pouvoir détecter les problèmes entre les animaux au sein des meutes par exemple. D’un point de vue administratif, le soigneur doit faire preuve d’organisation et de rigueur. Dans l’exercice de son métier, la résistance physique est un atout majeur puisque les charges portées sont relativement importantes (sacs de croquettes, barrières pour les enclos, viande, …). Un soigneur animalier touche entre 1600 et 2100€ bruts par mois.

Le métier de physiothérapeute animalier

L’exercice du métier de physiothérapeute animalier n’est pas soumis à l’obligation de l’obtention d’un diplôme. Néanmoins, des bases solides notamment en anatomie animale sont indispensable pour réaliser le métier. Des formations reconnues par l’état existent et sont dispensées dans des centres de formations privés. Le physiothérapeute détecte et corrige les troubles de l’appareil locomoteur de l’animal. Il s’attarde plus particulièrement sur les zones ligamentaires, les articulations et les muscles des animaux. Pour réaliser ces soins, le physiothérapeute utilise différentes techniques à savoir :

  • L’hydrothérapie : exercices réalisés dans l’eau
  • La cryothérapie : exercices réalisés avec une application du froid
  • L’électrothérapie : exercices réalisés avec apposition d’électrodes
  • Les massages manuels

Généralement, le physiothérapeute exerce au sein d’un centre de rééducation disposant d’un matériel adéquat. Le métier nécessite une bonne capacité d’analyse notamment en amont de la rééducation pour détecter les problèmes chez l’animal. La maitrise parfaite des traitements et de leurs effets est également indispensable. Les qualités requises pour exercer sont la dextérité, la réactivité et le sens relationnel. La rémunération d’un physiothérapeute dépend fortement de son lieu d’exercice et de sa reconnaissance au niveau professionnel.

L’ostéopathe animalier

Pour devenir ostéopathe spécialisé dans les animaux, il est nécessaire de suivre une formation pouvant durant 5 années. Ces écoles privées délivrent une certification de formation ou un diplôme inscrit au Registre National des Certifications Professionnelles. Pour intégrer ces écoles, il est nécessaire d’être diplômé vétérinaire ou disposer de solides connaissances scientifiques à l’issue du baccalauréat. Historiquement, le métier s’est fortement développé dans le monde équin. Depuis quelques années, l’ostéopathie animale prospère chez les animaux de compagnie que ce soit pour les chats, chiens, ou les NACs. L’engouement est tel que la filière recrute de plus et plus et l’offre de formations s’étoffe. L’ostéopathe maitrise à la perfection les techniques de manipulation des os, muscles et viscères. Le métier exige une très bonne connaissance de la physiologie animale, de l’éthologie et de la biomécanique. L’ostéopathe animalier doit faire preuve de patience avec les animaux, de force physique afin d’appliquer des massages de qualité, de polyvalence et de flexibilité. Il doit, en outre, disposer de capacités de communication afin de pouvoir développer son réseau et se faire connaitre. La majorité des ostéopathes animaliers exerce sous le statut d’auto-entrepreneur et facture leurs prestations de 50€ à 100€ la séance.

Le comportementaliste animalier ou éthologue

Le métier intervient sur la psychologie de l’animal. Le rôle principal du métier est de pouvoir décortiquer la relation Homme / animal. Néanmoins, ce métier ne fait l’objet d’aucune reconnaissance au niveau français et aucun diplôme de comportementaliste n’est inscrit au RNCP. Les structures privées proposant un cursus pour parvenir à ce métier offrent, à l’issue de la formation, un certificat de capacité animaux de compagnie (CCAD). Il est nécessaire de bien se renseigner sur la qualité des formations proposées car chaque école ne bénéficie pas de la même reconnaissance dans le milieu professionnel. Le comportementaliste doit être un très bon observateur et doit déceler dans le comportement de l’animal des signes afin de les analyser. Généralement, le métier est plutôt réservé à l’étude sur les chiens ou les chats. Le métier s’exerce en auto-entrepreneur et les séances peuvent dépasser les 100€ de l’heure.

Posts created 17

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut